Šibenik

Šibenik de ville


La ville de Šibenik est située pratiquement au milieu du littoral adriatique croate, dans une baie aux côtes bien découppées ou se jette la Krka, une des plus belles rivieres karstiques en Croatie. Šibenik est le centre administratif, politique, économique, social et culturel du comitat de Šibenik-Knin dont la zone maritime, située entre les côtes zadaroises et splitoises, s'étend sur quelque 100 km de longueur allant vers l'arriere-pays jusqu'au Mont de Dinara 45 km en profondeur.


Le comitat de Šibenik-Knin couvre une superficie de 1.860 km2 comprenant trois parties bien distinctes: insulaire, côtiere et arriere-pays. La partie insulaire a 242 îles, îlots et récifs. Cet archipel englobe surtout la partie Nord-Ouest de la zone maritime dont les côtes sont découppées et le relief bien aride. L'espace y est peu peuplé et on n'y dénombre que dix localités en tout. L'archipel des Kornati y se détache bien distinctement par ses configurations bizarres et sa beauté exeptionnelle.


C'est par un canal étroit et sinueux que l'on quitte la baie de Šibenik, longue de 10 km et large de 300 a 1.200 m par endroit en direction des îles et de la haute mer. La zone côtiere du comitat est tres étroite, quelques kilometres en tout atteignant le Mont de Trtra et la crete de la Svilaja au Sud-Est. C'est cette partie littorale du comitat qui a connu la plus forte urbanisation apres la deuxieme guerre mondiale.


Y sont paratiquement concentrées toutes les capacités de production du comitat. Le relief de l'arriere-pays est fait de chaînes de montagnes calcaires (Trtar par exemple), de plaines carstiques (Gornje et Donje polje) et de plateaux ou domine la production agricole. Pour ce qui est de la végétation, ce sont le genévrier et le maquis qui y domine largement. Le climat est purement méditerranéen avec les été chauds, rafraichis par le mistral et les hivers secs et peu froids.


grad-Sibenik


Historie


De toutes les villes adriatiques croates, c'est a Šibenik que revient le palmares pour la beauté exceptionnelle. L'ex-castrum paléocroate, construit dans le vaste estuaire de la riviere Krka, au pied de la forteresse St Michel surplombant la cité, le nom de la ville fut mentionné pour la premiere fois en 1066 dans une charte du plus grand roi croate - Pierre Krešimir IV. Šibenik est une ville croate d'origine par excellence.


Il obtint ses Statuts municipaux et fut élevé a la dignité d'éveché en 1290. Le seul regard sur la ville découvre de prime abord une parfaite harmonie urbaine par rapport a l'environnement naturel. Le port de Šibenik, relié au grand large par le chenal St Antoine (sv. Ante) fut durant des siecles le moteur d'une puissante activité maritime, commerciale et de l'essort économique.


A l'entrée du canal s'érige la forteresse St Nicolas, la plus belle réalisation de style Renaissance dans le génie de fortification maritime sur tout le littoral adriatique oriental. Les autres forts de la cité, eux aussi, a l'instar de ceux de St Michel, St Jean et Šubićevac encerclent la ville de toute part, avec leurs robustesses ne cessent de témoigner de l'esprit de liberté dont les habitants de la cité furent farouchement épris.


Ceci fut reconfirmer encore une fois, tout récamment, pendant la Guerre patriotique début 1991. La cathédrale St Jacques (sv. Jakov), bâtie un siecle durant , est un exemple vivant et tengiblet de la tenacité et de l'abnégation des générations entieres. C'est une oeuvre unique dans son genre aussi bien sur le plan nationalque sur celui de l' Europe. Elle est entierement faite en pierre, sans ciment ou mortier. L'assemblage de blocs et de dalles de pierre est d'une audace et d'une hardiesse remarquables.


Son style Renaissance, lui aussi, décrypte une valeur exeptionnelle,grâce surtout au portail en tiers-point et aux tetes humaines fort réalistes ornant toute la frise extérieure de l'abside. Les anciens documents de l'époque de la construction de la cathédale attestent que toute la ville a participé avec ardeur et sans ménagement d'efforts financiers ou personnels dans sa construction.


Y ont pris part de nombreus artistes, tailleurs de pierre et architectes. Georges (Juraj) Matejev dit Georges le Dalmate, originaire de Zadar signatil ainsi en 1441 avec la Municipalité un contrat de construction de la Cathédrale. Celle-ci avec la loggia municipale Renaissance, les églises palais et demeures patriciennes attenants forment une place, probablement la plus belle réalisation de ce genre dans l' art de bâtir national.


Aux XVe et XVIe siecles Šibenik devient le centre humaniste le plus important de la Renaissance. Y se cotoyaient les écrivains Juraj (Georges) Šižgorić, Antun et Faust Vrančić, Petar Divinić, Ivan Polikarp Severitan; les musiciens Ivan Šibenčanin, Julije Skjavetić et Ivan Lukačić; l'historien Dinko Zavorović; peintres et artistes Nikola Vladanov, Juraj Aulinović, Martin Kolunić-Rota, Horacije Fortezza et Natal Bonifacij.


Faust Frančić, hommes des sciences, visionnaire, lexicographe, philosophe et théologien, est l'humaniste de la Renaissance croate le plus important. Il est l'auteur du premier dictionnaire croate et du célebre ouvrage Machinae novae (Les nouvelles machines). C'est de lui que nous devons le plan du premier parachutiste - homo volans.


L'église et le couvent St François (sv. Franjo) du XIVe siecle furentlongtemps dans le passé le centre de la vie culturelle et ecclésiastique. Aujourd'hui y est le sanctuaire national cosacré a St Nikola Tavelić, premier Croate canonisé par l'Eglise. Le trésor du couvent abrite plus de 150 incounables et autant de manuscrits, de divers codes ou il faut mentionner la fameuse Priere de Šibenik (Šibenska molitva), le tout premier texte poétique croate rédigé en caracteres latins.


Le coeur de l'église est orné de tres belles orgues, oeuvre du célebre facteur d'orgue Pierre Nakić. C'est aujourd'hui le traditionnel Festival international de l'enfance qui confirme que cette vénérable ville n'a rien perdu de ses valeures culturelles et créatrices. Pour organiser un tel festival, il faut disposer de beaucoup d'espaces sceniques.


Or, tout y peut en devenir un: les rues et les ruelles, les places et les pasages, les quais et les jardins, la Cathédrale et le Théâtre municipal. Un Festival vraiment unique au monde! Toute la ville devient aux temps du Festival une imance sceene pleine de spectateurs. Y grouille une multitude de gens jour et nuit: troupes et acteurs, chanteurs et danseurs, metteurs en sceene et journalistes. Ici, il n'y a plus de différence entre le jour et la nuit. Ça fait un tout.



www.sibenik-tourism.hr/fra/bastina.asp